Emballé, c’est pesé

Je connais peu de filles, en tout cas à Paris, qui ont peu de sacs. Et à mon retour à la Capitale, je me suis rendue compte que je trimballais une palanquée de sacs dont 70% n’a jamais servi. Après un tri sélectif, le bilan fut sans appel : 3 ans sans renouveler le stock, 100% pas adapté à mon âge.

Left from top to bottom: Sac bandoulière Nat&Nin chocolat, pochette Lollipops en velour rouge acquise en 2007, petit sac en poulain noir Christian Lacroix pour la Redoute collection 2008 Right: Sac Coach, Sac Zita roux Sessun avec la cerise pour masquer la méchante brûlure de cigarette :(

Left from top to bottom: Sac bandoulière Nat&Nin chocolat, pochette Lollipops en velour rouge acquise en 2007, petit sac en poulain noir Christian Lacroix pour la Redoute collection 2008
Right: Sac Coach, Sac Zita roux Sessun avec la cerise pour masquer la méchante brûlure de cigarette 😦 Ⓒ East Side Pigeon, 2014

 

Alors, pendant des semaines, j’ai erré sur le net et dans les magasins à la recherche DU sac, celui qui accompagnera ma trentaine, mais surtout, celui qui se porte en bandoulière et qui se ferme avec une fermeture et/ou un rabat.

J’ai regardé les marques qui m’avaient accessoirisées dans ma vingtaine comme Sessun ou Nat & Nin, mais rien de renouvelé dans leurs gammes, si ce n’est le coloris. Et j’ai regardé les marques du moment : Gérard Darel (les sacs ont l’air de bonne facture pour le prix, mais ils sont trop grands, surtout pour une silhouette fine comme la mienne. De plus, on ne compte plus les 24h croisés au bras des françaises), Lancel (trop lourd, trop cher, fabriqué en Chine pour les “entrée de gamme”), Repetto (le petit sac bowling est très bien, j’étais à 2 doigts de l’acheter, mais la fermeture avec 2 zips qui se rejoignent au milieu ne m’a pas paru “sécurisante”), Abaco (marque française de fabrication française, très beaux items, mais trop “chargés” en fantaisies et autres chaines par rapport à ce que je recherchais, toutefois, le mini Odelia a retenu mon attention) :

Sac Mini Odelia noir – Abaco, 455 euros

 

Et puis, déambulant Au Printemps, je tombe sur un modèle de sac qui m’a beaucoup plu au corner “Proenza Schouler”, marque qui m’était jusque là inconnue. J’essaie donc le modèle PS1 Tiny de la nouvelle collection, couleur chocolat. Et toutes mes hésitations se sont dissipées : j’avais enfin trouvé MON sac, le sac de ma trentaine ! Le prix pourrait être rédhibitoire : 1100 euros. C’est un sac en cuir d’agneau, de fabrication italienne. Il est petit, donc n’alourdie pas ma silhouette. Il se porte aussi bien en bandoulière qu’à la main. Il s’agit bien d’un coup de coeur, et aussi d’un cadeau que je me fais pour une certaine occasion, une nouvelle ère… Mon premier sac de femme. Donc voici la merveille :

DSCF1681DSCF1680Ⓒ East Side Pigeon, 2014

Je découvre aujourd’hui cette jeune maison, qui a commencé il y a 12 ans, à New York, avec, aux commandes les jeunes créateurs Jack McCollough et Lazaro Hernandez. Ils ont lancé leurs sacs en 2008 avec le fameux it-bag PS1. Je vous ferais un retour à l’usage. 

 

Advertisements

2 thoughts on “Emballé, c’est pesé

  1. Pingback: De l’art de se préparer pour le boulot, leçon #1 – I got my Life in my bags | East Side Pigeon

  2. Pingback: What’s in it for You? | East Side Pigeon

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s