And now, the winner is… Frankfurt am Main

Après une belle année à New York, le retour à Paris fut un passage obligé. Avec en tête l’envie d’aller voir ailleurs (car une fois lancé, difficile de s’arrêter), Mr Panda, encore lui, a trouvé une opportunité à Frankfurt am Main, Hesse. Beaucoup moins “courue” que Berlin, Hamburg et autres München ou Düsseldorf, la ville est située à l’ouest de l’Allemagne, au nord de Strasbourg, à 230km. Mais connue davantage pour son aéroport international qui est le plus important d’Europe après celui de London Heathrow et Paris CDG mais aussi pour être une grande place financière hébergeant la BCE, Banque Centrale Européenne. Il y a aussi à Frankfurt un Financial District dont la skyline ressemblerait à celle de Manhattan, ce qui lui vaut le surnom de “Mainhattan“, la ville était parcourue par la rivière Main, un affluent du Rhin. Enfin, de ce que j’ai pu voir depuis que j’y suis arrivée il y a seulement quelques jours, la verdure domine : des rues boisées, de grands parcs, de grands espaces verts à 10 minutes de voiture avec surtout le Taunus, un massif montagneux au Nord-Ouest de la ville.

IMG_3139

 

De l’Allemagne je ne connais que la très spécifique et artistique Berlin où j’y ai passé une année Erasmus (échange universitaire) et Hamburg où j’y ai passé un entretien pour une fameuse entreprise française qu’il n’est point besoin de nommer. Tout comme Paris n’est pas Rennes et New York Chicago, il serait bien inapproprié de chercher des ressemblances entre la vie à Francfort et la vie à Berlin. C’est donc en terre absolument inconnue que je débarque. Mes 9 années d’allemand LV2 (seconde langue vivante étrangère) auxquelles s’ajoutent 10 ans sans pratique ni écoute/lecture – j’avoue préférer la culture anglophone et japonaise – ne m’aident que très vaguement à commander au restaurant ou demander des renseignements en comprenant 30% de ce qui m’est répondu. Bref, je débarquerais en Norvège ou Hollande que ça serait pareil…

Mais à Frankfurt, je retrouve des petites choses familières qui m’ont plues à Berlin : les produits cosmétiques de bonne qualité et à bon prix chez DM (équivalent de Duane Reade à NYC par exemple, où l’on trouve cosmétiques, produits ménagers et de quoi grignoter, concept introuvable en France), la bière blonde, fraiche, légère, et à un prix imbattable (3,5 euros  la pinte) et les excellents döners, qui n’ont rien à voir avec ceux que l’on trouve en France. Exemples non exhaustifs évidemment !

IMG_3140

 

Et tout comme à NYC, j’ai déjà repris les recherches d’emploi, qui, à première vue, m’apparaissent beaucoup plus difficiles que de l’autre côté de l’Atlantique, ma méconnaissance de l’allemand y étant pour 80%. 10% y seraient attribués au peu de sociétés internationales hors finance, malheureux pour moi puisqu’elles sont ce que je vise et que je suis leur vivier. Et les 10% restants représentent ce que j’ai connu en France : on laisse difficilement sa chance à un nouveau sur le marché ou dans le métier. Bref, je pars avec un indice de confiance très faible, mais “qui tente rien n’a rien”.

 

L’impatiente que je suis aimerais donc trouver dans les 2 mois qui viennent un emploi et mes marques à Francfort sur le Main. Et si à New York et même à Paris tout peut aller vite, ici, il va falloir que je m’arme de patience et fasse plus d’effort qu’ailleurs. Un signe : alors qu’à NYC ou Paris j’ai été contactée la semaine de mon arrivée par des américains ou japonais souhaitant apprendre le français, ici, c’est moi qui ai envoyé des messages qui sont sans réponse. Il y a beaucoup beaucoup moins de MeetUps de conversation en anglais et zéro en japonais. Et, fait futile mais remarquable, il n’y a pas de guide de voyage sur la ville, et les blogs en français et anglais se comptent sur les doigts d’une main. Ainsi, trouver les bons plans et les choses à faire sera principalement une recherche personnelle.

Bon, et bien, je m’y mets tout de suite alors !

Advertisements

3 thoughts on “And now, the winner is… Frankfurt am Main

  1. Wow! Chapeau bas! Avec l’allemand je suis comme toi après des années de cours de fac je suis incapable de commander une bière! Et le pire, cette langue n’a jamais été le coup de foudre! J’ai étudié à Mannheim (forcée par ma prof d’allemand qui n’en pouvait plus de moi) et j’ai de la famille à Darmstadt mais je t’avoue que je visite (très) rarement… Imagine-toi que j’avais parié silencieusement que tu allais débarquer au Japon 😉 Bonne chance, et surtout tu as déjà un emploi à plein temps, nous faire connaître Frankfurt am Mein: le blog spécialisé!

    Liked by 1 person

    • Héhé, merci Sonia !
      Toi aussi tu es de ceux qui ont fait des années d’allemand (9 ans pour moi) sans pouvoir le parler 😉
      J’avoue, j’aurais aussi aimé être au Japon ! Mais en attendant (ah, si seulement…), c’est Francfort. A première vue, ça peut paraître ennuyant comme ville, mais j’espère être agréablement surprise ! Ca demande un peu de recherche, mais j’y travaille 😉

      Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s