German Street Curiosities

Il existe en Allemagne plusieurs objets que l’on ne rencontre jamais dans les rues françaises et qui font partie du quotidien. Depuis mon arrivée ici, ils me rappellent que je ne suis pas en France, et en tant que nouvelle francfortoise, je ne peux m’empêcher de les remarquer :

Le Distributeur de cigarette

Si en Allemagne la publicité des marques de tabac n’est pas interdite (et même très fréquente de ce que j’ai pu voir sur les routes ou dans le métro), il est également possible de fumer dans certains bars qui servent uniquement des boissons. De plus, les fumeurs peuvent assouvir leurs besoins grâce aux distributeurs de cigarettes qui se trouvent dans la rue, oui, sur la voie publique.

La legislation française est beaucoup plus stricte et les publicités de cigarettes ne sont autorisées ni à la télévision, ni en affichage public, tout comme il est interdit de fumer dans un bar même s’il ne sert qu’à boire, seuls les clubs privés autorisent les fumeurs.

Pour revenir à ces distributeurs, de ce que j’ai pu voir dans mon quartier, il y en a toutes les 2 ou 3 rues et, évidemment, ils ne vérifient pas l’âge des “clients”…

IMG_3168

 

Kaugummiautomat

Mais pour les enfants (ou les grands enfants), il existe des distributeurs plus “adaptés” : il s’agit des Kaugummiautomat, ces distributeurs de friandises et gadgets, comme ceux que l’on trouve dans les fête-foraines en France.

IMG_3211

 

Il y a une fabuleuse émission sur Arte, Karambolage, qui vous expliquera mieux que moi cet objet :

L’émission passe le dimanche à 20h et décortique très bien les éléments culturels allemands et français ainsi que les différences entre ces 2 pays voisins. Elle a même une chaîne YouTube avec une sélection de sujets que j’ai entièrement regardé avant mon départ.

 

Offener Bücherschrank

Sur Leipziger Strasse, dans le quartier de Bockenheim, un objet dans la rue a attiré mon attention : “Offener Bücherschrank” ou une bibliothèque (le meuble) ouverte. Le principe est simple (si mon allemand est correct, n’hésitez pas à me corriger) : c’est une sorte de bibliothèque (le lieu) ouverte 24/24h où chacun peut emprunter gratuitement et aussi longtemps que souhaité un livre, et le rapporter ou bien le garder et en ramener un autre. La bibliothèque est en excellent état et ne semble pas désemplir (ce qui peut contraster avec les nombreux murs d’habitations tagués et les rues parfois pavées de détritus).

IMG_3170

 

Ces bibliothèques existent un peu partout dans Francfort, vous pouvez les localiser ici. Je n’ai pas encore tenté l’expérience, mais peut être qu’un jour, mon niveau d’allemand me permettra de me plonger dans un de ces livres.

 

Les passages piétons

L’une des idées reçues sur les Allemands est qu’ils ne traversent la route uniquement que lorsque le feu de signalisation pour les piétons est vert. Faux, ils traversent même parfois en dehors des passages ! En revanche, il est fortement déconseiller de le faire sous les yeux d’enfants et même la signalisation nous le rappelle “nous attendons le feu vert !” :

IMG_3324

 

Un objet non identifié

Enfin, lors de mon séjour à Bamberg au mois de Mai, je suis tombée sur ces branches d’arbres qui étaient fixées aux gouttières des immeubles. Comme mai est égrainée de jours fériés liés à la religion catholique, j’ai donc pensé qu’il y avait un lien. Il m’a été difficile de trouver la signification de ce qui me semble être une coutume ou un rite sur Internet. J’ai trouvé cet article (de Karambolage) qui explique la tradition du Maibaum (l’arbre de mai), énorme tronc décoré soigneusement et érigé sur la place du village. Célébrant la fécondité, il est surtout l’occasion de faire la fête tout en le protégeant : car les hommes du village voisins ont pour objectif de le voler. Il semblerait qu’en Rhénanie (Ouest de l’Allemagne) on dresse des Liebesmaien : ce sont donc ces petites branches qui ont été déposé par un prétendant devant la maison de la jeune femme courtisée. Toutefois, Bamberg étant en Bavière, je ne suis pas sure qu’il s’agisse de cette coutume. Alors si vous savez de quoi il s’agit, n’hésitez pas à partager.

IMG_3323

(A côté de cette branche se trouve un sceau orange qui contient des vêtements que les habitants souhaitent donner, autre objet qui ne pourrait pas exister en France…).

 

Vendeurs d’asperges

Le mois de mai est synonyme de beau temps, mais surtout d’asperges, ici, en Allemagne. Et les allemands ont l’air de porter un amour bien particulier pour ces petites plantes blanches ou vertes : il y a des stands partout en ville, et même en dehors, qui ressemblent, pour la plupart, à ça :

IMG_3399

 

Dans ces stands, on peut les acheter à l’unité ou au bouquet et toutes viennent de la région évidemment ! Ces Spargel doivent toutefois bien souvent partager la vedette avec les fraises. Mais, je n’ai jamais vu un tel engouement pour les asperges qu’ici : ce sont les stars des marchés, du rayon primeur de tous les supermarchés et même des restaurants dont les menus ne manquent pas de spécialités à base de la fameuse asperge, sous toutes ses formes !

 

Trinkhalle

Tout comme on trouve des stands d’asperges un peu partout, on trouve également des Trinkhalle. D’ailleurs, celui dont je partage la photo se trouve à côté d’une station de tramway, en face d’une église et d’un stand d’asperge, à 2 pas de mon logement…

Il s’agit tout simplement d’un petit kiosk qui vend principalement des bières, mais aussi des snacks, boissons et bien sur des cigarettes. Il y en a énormément, sous forme de kiosk donc ou de petit magasin au rez-de-chaussée d’un immeuble.

Et, encore une fois, voici un article de Karambolage qui explique parfaitement les Trinkhalle.

IMG_3400

 

 

Stolperstein

Ce dernier objet est “né” dans les années 1990 à Berlin afin de commémorer la mémoire des victimes du nazisme, d’après une initiative de l’artiste Gunter Demnig. Depuis, plus en plus de villes allemandes ont autorisé la pose de ces pavés du souvenir, “Stolpern” signifie “trébucher” et “Stein” “pierre”. Et contrairement aux précédents objets, l’initiative a trouvé un écho dans d’autres pays européens qui en ont également installé. Il y en a plus de 50 000 en Europe mais c’est évidemment en Allemagne qu’il y en a le plus (17 000). Il y en a environ 1 000 à Francfort.

IMG_3467

 

Ces petits pavés en laiton sont encastrés dans les trottoirs, devant la maison de la victime. Etrangement, durant mon année à Berlin en 2006, je n’en ai jamais vus et c’est donc à Frankfurt que mon regard s’est posé pour la première fois sur ces pierres du souvenir dont il est facile de comprendre la signification sans même en connaître le concept.

 

 

 

Advertisements

2 thoughts on “German Street Curiosities

  1. Pingback: Life in Bockenheim | East Side Pigeon

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s